• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Un processus diffus

Envoyer Imprimer PDF

Parce qu’elle est rarement exprimée de façon claire et directe, parce qu'elle est volontairement cachée ou inconsciemment refoulée, la discrimination est difficile à pointer du doigt. Pour ceux qui subissent, il demeure toujours une incertitude ; pour ceux qui discriminent, il est toujours plus aisé de nier et de se cacher derrière des arguments plus légitimes.

Dans la réalité, la discrimination ne se résume cependant pas à la lecture simpliste opposant ceux qui discriminent et de ceux qui ne le font pas, ni à celle des auteurs et des victimes. On discrimine bien plus souvent qu'on ne le pense ; et discriminer entraîne de fait presque toujours une chaîne d'acteurs, une responsabilité partagée voire diffuse, un silence complice...

D’un point de vue sociologique, la discrimination ne s’arrête pas à des actes ponctuels attribuables à quelques individus déterminés – même si, bien sûr, il existe des responsabilités individuelles. Elle s’appuie sur des logiques générales et les cadres souvent habituels des pratiques sociales, des routines du travail, des arrangements et des facilitations qui ne seraient pas nécessairement illégitimes s'ils ne concourraient à produire les inégalités.

La discrimination ne se réduit pas non plus à certains critères illégaux, mais elle renvoie plus largement à des logiques de traitement, de catégorisation, de sélection qui ont pour conséquence la constitution d’inégalités fondées sur la race, le sexe, etc. Ces critères sont toutefois la porte d'entrée, si l'on peut dire, pour constituer le problème en droit.

La discrimination ne se résume évidemment pas non plus à des logiques toujours intentionnelles et explicites - racistes, sexistes, homophobes, ou autres. Ce n'est pas des pensées et des idéologies dont on s'occupe d'abord, ici, mais de ce que produisent concrètement des pratiques, des procédures, des normes et des lois, des fonctionnements des organisations. Comme le montrent de nombreux travaux scientifiques, notamment depuis une vingtaine d'années en France, la discrimination existe de façon diffuse et banalisée au sein des institutions, des organisations et des pratiques sociales en général.

En effet, la discrimination n’existe pas indépendamment des contextes politiques, des logiques ou des organisations dans lesquels elle apparaît ; elle est bien souvent coproduite par les professionnels et les services dont la responsabilité voudrait en principe qu'ils régulent le marché du travail ou du logement, qu'ils soutiennent leurs publics face aux illégalités et aux disqualifications...

Ce phénomène nous oblige en conséquence à changer notre regard (et pas seulement nos « mentalités »), à développer notre vigilance, à savoir entendre la parole de ceux qui subissent la discrimination. Car ceux d'entre nous qui vivent au quotidien la discrimination sont souvent bien plus armés pour décoder ces rapports sociaux, leur sens et leurs effets.

 

 

Association de Lutte contre les Discriminations Alsace - ALDA
23, rue Lambert - 68 100 Mulhouse
03 89 59 50 99 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

SIRET 4840 12075 00012

logounionL’Union Européenne participe au financement de ce projet par le FSE. Ce soutien est à l’origine de la restructuration du site et de la création de nouvelles ressources pratiques en matière de lutte contre les discriminations.