• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Témoignages Discriminations et racisme à la SNCF : on a voulu me faire craquer

Discriminations et racisme à la SNCF : on a voulu me faire craquer

Envoyer Imprimer PDF
Nouvel Observateur - Le 09-07-2012

LE PLUS. En mars dernier, plusieurs agents SNCF d'origine étrangère ont créé le collectif Droit à la différence, pour mettre en lumière les discriminations qu'ils subissent au sein de l'entreprise. Radouane est l'un d'eux. Il raconte le "racisme ordinaire" qui gangrène la SNCF depuis plusieurs années.

"Que veut dire le mot France ? Fédération des réfugiés arabes nourris par les caisses de l’État." Un mail parmi d’autres, que je recevais régulièrement. Quand il est en plus ponctué d’un "Il fallait y penser, mais c’est bien vu ! J’adore !", c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Cela fait maintenant plus de 16 ans que je travaille à l’Agence des services télécoms et informatique de la SNCF, avec une évolution de carrière stagnante. Pourtant, lors des entretiens individuels professionnels que j’ai avec ma hiérarchie chaque année, les conclusions sont toujours bonnes.
Avec l’expérience, on connaît le travail. Mais tandis que ma carrière stagne, celle des autres agents que j’ai moi-même formés évolue. Je vois tous ces nouveaux passer devant moi et je reste au point mort, en bas de l’échelle. Serait-ce dû à mon incompétence ? Une faute professionnelle ? Non, la seule et vraie raison, c’est que je suis d’origine étrangère.

Racisme anti-musulman

Tout s’est dégradé le jour où un collègue, qui avait consommé trop d’alcool, s’est planté dans les escaliers en sortant du travail. À cette époque-là, je faisais partie d’un groupe de prévention SNCF contre les pratiques addictives. Plusieurs de mes collègues buvaient au boulot et lors d’une réunion d’équipe, j’ai dit "Stop, il faut absolument que ça cesse !"

La seule chose que le chef a trouvé à me rétorquer c’est : "Tu ne vas pas ramener ta religion là-dedans, je vais te mettre à l’écart et te faire craquer !" Tout ça parce que je suis d’origine maghrébine, donc par A+B, forcément musulman…

Même si je n’ai pas été tant que ça victime d’insultes à caractère raciste, la discrimination était bien présente. Plus insidieuse.
À la suite de cette réunion, ce chef m’a demandé d’effectuer des opérations de maintenance électrique pour lesquelles je n’étais pas habilité, parce que dangereuses. J’ai refusé de m’y appliquer sans ordre écrit. La réponse de mes supérieurs ? "Toi qui connais le règlement, tu vas l’apprendre par cœur !"

"On va te faire craquer !"


Ils m’ont mis dans une pièce vide, avec le règlement des habilitations électriques sur la table et m’ont dit que mon boulot était à présent de le lire et de le bûcher. Tel a été le "travail" auquel je me suis attelé pendant sept mois, tous les jours, de 8h à 16h30. Mon chef me répétait : "On va te faire craquer !"
J’avais beau m’en plaindre, demander à être affecté sur un vrai poste, rien ne bougeait. J’ai réclamé une enquête du CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), qui a eu lieu durant ma mise au placard et qui a conclu qu’il n’y avait rien. Personne ne m’a défendu, que ce soit au niveau de l’entreprise ou des syndicats.

Seul l’inspecteur du travail a envoyé un courrier à la direction, qui n’a pas daigné répondre. Il m’a conseillé d’aller au Conseil des Prud’hommes, qui a quant à lui conclu que j’avais raison au même titre que la SNCF. Ma seule option restante était de faire appel, mais j’ai laissé tomber.

Des mails racistes qui circulent constamment

Sauf que récemment, j’ai à nouveau reçu des mails racistes sur ma messagerie professionnelle. Et là, je me suis dit : c’est trop !
Il y a des textes de riposte laïque qui circulent entre les salariés, le secrétaire CGT du CHSCT et divers cadres, qui tapent tour à tour sur les noirs, les Arabes, les musulmans… Il y en a eu un particulièrement ordurier qui traitait "d’imbéciles" Zyed et Bouna, les deux jeunes qui sont morts traqués et électrocutés dans un transformateur EDF en 2005, à Clichy-sous-Bois.

Un des derniers mails en date ? "Sommes-nous sûrs que les œufs qu’ils consomment sont bien halal ? Autrement dit, est-ce que les poules avaient bien le trou du c… tourné vers la Mecque au moment de pondre ?"

On dit que "ce qui ne se mesure pas n’existe pas", c’est le cas du racisme et de la discrimination à la SNCF, mais là c’est concret et bien réel. Qu’ils me virent s’ils ne veulent pas de moi, qu’ils aillent au bout de leur démarche ! Ou à l’inverse, que la direction d’une entreprise publique de 150 000 personnes soit exemplaire en matière de racisme, prenne ses responsabilités et qu’elle sanctionne en interne les auteurs de ces délits.
Faire comme le "M. diversité" de la SNCF et dire que "les entreprises sont le miroir de la société et qu’on n’y peut rien", c’est trop facile. Il faut agir pour que nos enfants ne subissent pas ces mêmes pratiques.

Propos recueillis par Rozenn Le Carboulec

 

 

Association de Lutte contre les Discriminations Alsace - ALDA
23, rue Lambert - 68 100 Mulhouse
03 89 59 50 99 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

SIRET 4840 12075 00012

logounionL’Union Européenne participe au financement de ce projet par le FSE. Ce soutien est à l’origine de la restructuration du site et de la création de nouvelles ressources pratiques en matière de lutte contre les discriminations.